La banque en ligne est-elle l’avenir de la banque ?

La banque en ligne est-elle l’avenir de la banque ?

5 avril 2019 0 Par Manuel

Les banques en ligne ou néobanques sont en plein essor. Elles attirent de plus en plus de Français grâce aux nombreux avantages que les institutions traditionnelles n’apportent pas. Entre gratuité, rapidité et praticité, les banques digitales a de quoi amadouer le grand public. Mais ont-elles vraiment un avenir durable ? Arriveront-elles à devancer les banques traditionnelles avec le temps ?

Pourquoi les Français sont attirés par les banques à distance ?

Ce qui fait le succès des banques digitales, c’est surtout leurs tarifs attractifs. Puisque la relation clientèle se passe en ligne et par téléphone, elles n’ont pas à ouvrir des agences partout en France. Le nombre de leurs employés est également amoindri. Ainsi, elles peuvent se permettre de proposer des frais bancaires alléchants qui ne passent pas inaperçus. De surcroît, chaque néobanque offre un bonus de bienvenue pour élargir sa clientèle. Une néobanque ne demande aucun frais sur la carte bancaire et le taux de découvert est faible.

Par ailleurs, la souplesse des banques en ligne ne laisse pas les Français indifférents. Il est possible d’effectuer une opération bancaire à tout moment et n’importe où, tant que vous avez un terminal avec une connexion Internet. De plus, la plupart d’entre elles proposent des services bancaires presque complets. ING Direct, Hello bank!, Boursorama Banque, Fortuneo, BforBank, Monabanq offrent notamment à chaque client un RIB, un chéquier et une carte bancaire nominative. Les retraits d’argent peuvent se faire dans tous les distributeurs sans frais.

Les banques en ligne peuvent-elles concurrencer les banques traditionnelles ?

En seulement 10 ans, un quart des agences bancaires ont dû fermer ou fusionner les unes avec les autres. Les experts prédisent que cela ne s’arrangera pas avec le temps. La moitié aura disparu dans une dizaine d’années. Mais pour le moment, elles sont loin devant les néobanques en termes de nombre de clients : environ 130 millions contre seulement près de 4 millions chez les banques à distance. Elles ne sont donc pas encore en danger imminent. La plupart des personnes qui ouvrent un compte dans une banque en ligne ne clôture pas celui qu’elles ont auprès d’une banque traditionnelle.

Il faut dire que les institutions digitales sont encore incomplètes comparées aux établissements classiques. Notamment, il n’est pas évident de déposer un chèque, du liquide ou encore de retirer un chèque de banque. Les solutions pour ce faire existent mais sont moins pratiques qu’auprès d’une banque traditionnelle. Les offres de crédits sont également limitées. Mais à en croire les bons avis, les clients des organismes digitaux sont plutôt satisfaits des offres et des services. Selon une étude menée récemment par le cabinet Deloitte, 47% des Français seraient prêts à ouvrir compte courant ou un livret d’épargne au sein d’une banque en ligne.

Quel avenir les banques en ligne ont-elles ?

À l’heure actuelle, les seules personnes qui n’ont pas encore ouvert de compte auprès d’une banque en ligne sont les seniors qui ne sont pas confortables avec les nouvelles technologies et les jeunes qui manquent d’informations sur la manière d’utiliser un chèque ou une carte bancaire. Mais les banques en ligne ce cessent d’apporter un maximum d’informations à ces sujets via les publicités et leurs sites Internet. Tout porte donc à croire que leur avenir est assuré contrairement à celui des banques traditionnelles même si rien ne prédit la disparition de celles-ci.

Toujours selon l’étude du cabinet Deloitte, 35% des Français voudraient bien prendre des rendez-vous payants en agence si cela peut réduire leurs frais de tenue de compte. Tout dépend donc des initiatives des banques traditionnelles pour faire face à cette rude concurrence. Il est également possible d’envisager un avenir à deux. D’autant que toutes les banques en ligne françaises sont détenues par des banques traditionnelles. Le Compte Nickel et Hello bank! appartiennent à BNP Paribas pour ne citer qu’un exemple.